Une agora mondiale

Publié le 9 janvier 2007

Par Thierry Desmarest, Président-directeur général de Total

Thierry-Desmarest

L’évolution technologique et le renouvellement des modèles économiques permettent à des
flux toujours croissants de données de circuler à la vitesse de l’éclair autour de la planète ; cette évolution qui associe de plus en plus étroitement le texte, le son et l’image va se poursuivre. Les frontières entre la presse écrite, la radio, la télévision et le Web tendent à s’estomper; l’accès à l’information est appelé à devenir encore plus interactif et plus “mobile”, chacun choisissant “à la carte” dans le bouquet des médias disponibles ce qui lui convient, et pouvant réagir immédiatement sur les contenus qu’il a glanés.

La tendance à la concentration des acteurs pour obtenir des effets de taille sera contrebalancée par l’influence croissante des organisations de la société civile comme émetteurs d’informations. Le réseau mondial est devenu pour elles un terrain privilégié de militance. L’essor des forums et celui de la “blogosphère” confèrent à chacun la possibilité de diffuser des informations et d’exprimer des jugements à l’intérieur d’une communauté d’intérêts ouverte à tous.

Sont appelés à coexister sur cette agora mondiale de puissants réseaux planétaires animés par des logiques de marché, des groupes de dimension régionale plus ou moins autonomes par rapport aux précédents, et une immense variété d’organisations au service d’un intérêt à promouvoir, d’une liberté à préserver ou d’une cause à défendre.

Ces changements amènent à s’interroger pour l’avenir sur la qualité, la fiabilité et la pertinence des contenus de l’information économique et financière: dans la masse des informations disponibles, comment faire le tri entre le vrai, le faux et le manipulé, comment distinguer l’essentiel de l’accessoire, comment percevoir les fondamentaux au-delà du sensationnel et des anecdotes ? Ces interrogations ne sont certes pas nouvelles, mais la quantité d’information disponible et la multiplicité des émetteurs leur donnent une acuité plus grande. Elles revêtent une importance toute particulière dans le domaine économique et financier, car elles touchent aux intérêts des clients, des fournisseurs, des salariés, des investisseurs, des banquiers.

La vigilance des autorités de marché et de contrôle pour faire respecter les règles du jeu, l’adaptation de leurs modes de régulation et l’autodiscipline des principaux acteurs, entreprises, intermédiaires financiers ou analystes, ne répondront qu’à une partie limitée des problèmes ainsi soulevés. Plus que jamais, les journalistes vont avoir un rôle essentiel à jouer pour aider le public à mieux comprendre le monde économique dans lequel les gens vivent, en les guidant dans le maquis touffu des informations disponibles, en leur proposant des synthèses, des clefs d’interprétation, ainsi que leurs jugements de personnes raisonnables, compétentes et libres.