Ouvrir les fenêtres sur le monde

Publié le 9 janvier 2007

Par Pascal Lamy, Directeur général de l’OMC (Organisation mondiale du commerce)

pascal-lamy

La presse économique et financière joue un rôle majeur, qui ira croissant dans les années à venir. Elle doit être le témoin, le miroir, et l’interprète des bouleversements auxquels la mondialisation confronte nos sociétés. Mon poste d’observation actuel m’offre une vision à 360° des heurs et malheurs, des opportunités et des risques engendrés par l’interdépendance croissante des économies. Réservoir inépuisable de sujets, d’angles, d’analyses et de mises en perspective, dans lequel la presse peut puiser pour alimenter la réflexion de ses lecteurs…

En France, pour ne citer que cet exemple, existe une forte attente de compréhension et d’explication des changements en cours. Comparée à d’autres, la culture économique de notre pays reste faible, et enserrée dans une grille de lecture souvent passéiste.

Ouvrir les fenêtres, dégager la vision, donner des perspectives, en bref sortir des frontières hexagonales pour montrer la réalité du monde, voilà le formidable enjeu de la presse économique de demain.

Et puis, comme le reste des médias, cette presse est confrontée aux nouveaux moyens de communication. L’intrusion d’Internet l’oblige à une réflexion sur sa place et sa raison d’être. L’une de ses valeurs ajoutées réside, à mon sens, dans son traitement professionnel de l’information : les faits plutôt que l’émotion, les tendances plutôt que l’instantané.

Sur le terrain de l’interactivité mondiale, le journaliste économique doit apporter l’éclairage et le recul indispensables à une compréhension raisonnée des faits. Aider à rendre le monde intelligible, le décoder pour que chacun soit en capacité de lui donner du sens? Urgent!